DossiersNewsProgrammes de fidélité

Flying Blue : conséquences et alternatives pour les jeunes voyageurs

Le groupe Air France-KLM a récemment présenté une refonte totale de son emblématique programme de fidélité Flying Blue, lancé en 2005. Les nouveautés de ce dernier sont loin de faire l’unanimité. En effet, les changements majeurs prévus par cette refonte -et qui seront appliqués dès le 1er avril 2018- ne sont pas à l’avantage du client… et encore moins des jeunes voyageurs.

La fin de Flying Blue Jeune

C’était une caractéristique unique et spéciale à Flying Blue : l’existence d’un statut réservé aux jeunes de 2 à 24 ans. Très avantageux, il permettait aux jeunes de toucher davantage de miles, soit 1000 miles-prime pour un vol effectué en métropole. Un bonus de 4000 miles était également offert après 6 vols allers-simples au départ et/ou à destination de la France.

Nombreux sont les jeunes à avoir jusqu’à présent profité de ce statut particulier et dont le but était de fidéliser les jeunes voyageurs de sorte à ce qu’ils continuent à voyager avec Air France-KLM après leur 24ème anniversaire. Cette belle opportunité qu’était Flying Blue Jeune prendra fin le 30 mars prochain. Cela marque un désengagement de Flying Blue vis-à-vis de la clientèle jeune, qui avait une place privilégiée jusqu’à maintenant.

Cumuler des miles deviendra extrêmement difficile…

Un étudiant ou un jeune actif aura sans aucun doute plus de mal à cumuler des miles après la refonte du programme. En effet, le gain de miles-prime sera désormais basé sur un nouveau mode de calcul : le revenue based. Cela signifie qu’un voyageur cumulera des miles, non plus par rapport à la distance, mais par rapport au prix du billet. Même si cela était déjà partiellement appliqué pour les offres tarifaires les plus basses (par exemple sur l’offre Light d’Air France), il s’agit là d’une généralisation du revenue based, notamment sur l’ensemble des games tarifaires et des destinations.

De nombreux paramètres sont à prendre en considération, mais plusieurs constats ont été soulevés par plusieurs utilisateurs et connaisseurs du programme :

  • Sur les vols moyen-courriers : une réduction massive du gain de miles touchant l’ensemble des classes de voyage et de réservation.
  • Sur les vols long-courriers : un gain stable ou valorisé uniquement pour les voyageurs ayant acheté leur billet en plein tarif quelle que soit la classe de voyage.

Ce tournant est évidemment au désavantage des jeunes voyageurs fréquents pour qui gagner des miles grâce aux vols sera beaucoup plus compliqué. Ce sera alors l’occasion d’expérimenter d’autres moyens de gagner des miles comme en faisant son shopping en ligne avec Shop for Miles. Il faudra néanmoins bien faire chauffer la carte bancaire avant d’atteindre un seuil suffisant de miles pour s’offrir un vol.

… accéder à un statut supérieur sera impossible

Impossible, sauf si l’étudiant ou le jeune cadre réalise par exemple ces “performances” :

  • 50 vols en France métropolitaine sur 12 mois pour devenir Silver (au lieu de 15 vols auparavant à condition d’avoir une adresse à l’étranger).
  • 90 vols sur 12 mois pour devenir Gold (au lieu de 30 vols auparavant).

Ces estimations sont corrélatives au nombre de XP (points d’expérience) nécessaires pour acquérir un autre statut. Les XP succèdent aux miles-statut et aux vols qualifiants, et sont relatifs à la distance du voyage (et donc indirectement au coût du billet, car plus on part loin et plus le billet est coûteux). Autrement dit, il faudra accumuler beaucoup de XP ne serait-ce que pour passer de Ivory à Silver. 100 XP seront demandés pour devenir Silver et un vol intérieur ne permettra que de gagner 2 XP.

Même avec une stratégie bien établie incluant également des vols en Europe et dans le monde, il faudra désormais voler énormément et dépenser beaucoup pour évoluer au sein du programme. Les exigences d’obtention de statut sont rehaussées, par contre les statuts restent intacts en terme d’avantages pour les adhérents…

Quelles alternatives possibles ?

Quel intérêt à rester dans un programme de fidélité si les chances de s’offrir un vol avec ses miles-prime sont réduites et s’il est quasiment impossible d’accéder à un statut supérieur ? Dans un tel cas, la question de changer de programme de fidélité se pose.

SkyTeam : SUMA, une alternative intéressante

Certains blogueurs sont allés jusqu’à évoquer le changement d’alliance aérienne. À moins d’effectuer des vols internationaux et d’avoir un certain pouvoir d’achat, la question ne se pose pas. D’une part car Air France-KLM a un réseau très développé en France avec des plateformes de correspondances efficaces, puis tout simplement car les compagnies du groupe offrent des produits de qualité qui ne sont pas remis en cause dans le cadre de la refonte du programme Flying Blue.

Il est donc plus intéressant d’opter pour un autre programme de fidélité de l’alliance SkyTeam, dont est membre Air France-KLM. D’après nos recherches, le programme le plus semblable à Flying Blue est celui de la compagnie hybride espagnole Air Europa. Ce programme, nommé SUMA, a été créé il y a quelques années seulement et est en réalité inspiré de Flying Blue, car la compagnie utilisait ce dernier avant la création de son propre programme. On retrouve ainsi des avantages similaires et des statuts semblables avec des conditions d’obtention de statut plus intéressantes que Flying Blue.

  • Silver14 vols qualifiants sont nécessaires avec SUMA contre 15 avec Flying Blue
  • Gold26 vols qualifiants sont nécessaires avec SUMA contre 30 avec Flying Blue

Mais attention, le cumul de miles sur les vols opérés par Air Europa, ou acheté sur numéro de billet Air Europa, sont calculés sur le prix du billet de base plus la taxe carburant.

Pour les vols Air France, le programme SUMA crédite en fonction de la distance parcourue. Le pourcentage de miles crédités est de 20% pour les classes T, E, N, V, R, G, et jusqu’à 100% pour les classes F, P, J, C, D, I, Z, W, S, A Y, B et M.

Star Alliance : deux programmes intéressants

Hormis SUMA, qui est se veut sûrement le programme le plus avantageux chez SkyTeam, d’autres programmes de fidélité de compagnies membres de l’alliance Star Alliance le sont aussi. Nous nous sommes ici intéressés à ceux de SAS et Aegean Airlines. Notons que Star Alliance est la première alliance aérienne mondiale.

EuroBonus chez Scandinavian Airlines SAS

Pour les jeunes voyageurs fréquents désireux de changer d’alliance, et donc d’abandonner SkyTeam, Scandinavian Airlines, la compagnie des pays scandinaves membres du réseau Star Alliance, semble être une bonne alternative pour cumuler et accéder plus facilement à des statuts Star Alliance Silver ou Gold.

Premièrement, cette compagnie propose des tarifs jeunes très avantageux vers la Scandinavie au départ de la France, avec des réductions d’environ 35% sur un vol aller-simple. Et des tarifs jeunes pour les vols internationaux au départ d’Oslo, Copenhague et Stockholm vers les USA et l’Asie (jusqu’à 40% de réduction sur un vol aller-retour). Nous avons d’ailleurs publié il y a quelques mois un dossier détaillé sur les tarifs jeunes.

Concernant l’accumulation de miles, le programme EuroBonus est avantageux sur les vols SAS, et en particiulier sur les vols internationaux.

  • Pour les vols en Scandinavie : minimum 250 miles (1 vol statut) pour les tarifs promotionnels. Et jusqu’à 500 ou 1000 miles pour les plein tarifs et tarifs Business.
  • Pour les vols en Europe : minimum 500 miles (1 vol statut) pour les tarifs promotionnels, et jusqu’à 1000 ou 2000 miles pour les plein tarifs et tarifs Business.
  • Pour les vols internationaux : de 3000 miles à 4500 miles par vol pour les tarifs les moins chers (SAS GO et SAS Youth) à 4000-6000 miles pour les tarifs les plus chers en Economy et les promotions en Premium Economy.

Sur un Paris-Copenhague-Hong Kong aller-retour avec SAS en classe économique, vous gagnerez 10 000 miles, là où avec Air France vous gagneriez 2 000 miles aller-retour (sur la base d’un tarif Paris-Hong Kong à 500 € aller-retour en classe économique, membre Ivory).

SAS vous fait gagner sur ce trajet 25 miles par euro dépensé (pour un tarif jeunes SAS Youth), alors qu’Air France vous fait gagner 4 miles par euro dépensé.

Concernant le cumul de miles avec d’autres compagnies Star Alliance, comme Lutfhansa, il commence généralement à partir de 25% de la distance effectuée pour les classes de réservation les plus restrictives.

La dépense de miles est tout aussi avantageuse chez SAS avec des vols en miles à partir de 10 000 miles aller-retour pour un vol en Scandinavie à 30 000 miles aller-retour en Europe (plus des taxes en euros).

EuroBonus est également avantageux pour le passage aux statuts supérieurs.

  • Silver : EuroBonus demande 10 vols qualifiants sur SAS pour passer au statut Silver ou 20 000 points (2 aller-retour Paris-Hong Kong en classe économique)
  • Gold : EuroBonus demande 45 vols qualifiants sur SAS ou Star Alliance pour passer au statut Gold ou 45 000 points

Le passage au statut Silver du programme EuroBonus (Star Alliance Silver) semble vite atteignable en une année ; le statut Gold EuroBonus (Star Alliance Gold) reste quant à lui un peu plus difficile notamment par rapport à d’autres programmes de fidélités de compagnies Star Alliance.

Miles+Bonus chez Aegean Airlines

Le programme Miles+Bonus de la compagnie grecque Aegean Airlines est également intéressant, mais compte plus de restrictions par rapport au programme de SAS.

Tout d’abord, la compagnie grecque propose un réseau très important au départ de la France, car elle dessert -en plus de Paris- les aéroports de Nantes, Brest, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg et Nice… soit au total 10 aéroports français. De plus, Aegean Airlines propose souvent des tarifs promotionnels, avec des vols vers la Grèce à partir de 100 € aller-retour.

Sur le cumul de miles, les gains sont très hétérogènes d’une compagnie Star Alliance à une autre.

  • Pour les vols Aegean Airlines : minimum de 400 miles sur un vol européen, et un minimum de 200 miles sur un vol domestique.
  • Pour les vols Lufthansa : minimum de 500 miles sur un vol européen, mais les classes O, I, X, R, N, L, T, E, K, P, F, A et G ne permettent pas de gagner de miles, soit la plupart des tarifs promotionnels. De même pour les vols internationaux, le minimum de gain est de 50% de la distance effectuée en classe économique, mais les classes O, I, X, R, L, T, K et P sont exclues ; la classe K étant celle des tarifs promotionnels de Lufthansa.
  • Pour les vols SAS : un minimum de 600 miles ou 100% de la distance effectuée pour les classes économiques les plus restrictives.
  • Pour les vols United : minimum de 50% de la distance effectuée en classe économique basique, ce qui correspond au tarif low-cost de United.

On le voit bien, d’un vol Aegean Airlines à Lufthansa, le gain de miles est très différent. Alors qu’un Paris-Hong Kong en tarif promotionnel avec Lufthansa vous rapportera 0 mile, le même trajet sur SAS (via Copenhague) vous rapportera 12 000 miles. Soit 2000 miles de plus avec le programme EuroBonus de SAS pour une même classe de réservation.

À propos du passage aux statuts supérieurs Silver et Gold, Miles+Bonus est avantageux, à condition de voyager un petit peu sur Aegean Airlines.

  • Silver : le programme requiert 12 000 miles et 2 vols sur Aegean Airlines ou 24 000 miles pour accéder au statut Silver (Star Alliance Silver).
  • Gold : le programme requiert 24 000 miles et 4 vols sur Aegean Airlines ou 48 000 miles pour accéder au statut Gold (Star Alliance Gold).

L’accès aux statuts supérieurs peut se faire facilement si vous voyagez sur SAS ou United par exemple.

Avec un aller-retour Paris-Hong Kong sur SAS en classe tarif jeune et un aller-retour Paris-Athènes avec Aegean Airlines, vous accéderez au statut Silver du programme de la compagnie grecque. Il faudra rajouter un autre aller-retour Paris-Hong Kong avec SAS et un autre aller-retour avec Aegean Airlines en une année pour accéder au statut Gold.

Les programmes EuroBonus de SAS et Miles+Bonus de Aegean Airlines sont les deux plus avantageux chez Star Alliance pour de jeunes voyageurs fréquents. Avec des tarifs jeunes et des cumuls de miles avantageux, l’échange de miles et l’accès à des statuts supérieurs sont plus faciles qu’avec le nouveau programme Flying Blue.

Que doit-on retenir ?

La refonte du programme Flying Blue était pressentie depuis un certain temps, il ne s’agit donc pas d’une nouvelle “choc”. Mais c’est une déception que de constater qu’un programme qui a pour but de fidéliser tous ses clients, réduise son ambition en se limitant aux clients à fort pouvoir d’achat et en oubliant d’une part les petits budgets (donc les plus jeunes) et d’autre part les voyageurs du réseau domestique qui sont fortement perdants suite à la refonte.

Il reste toutefois important de ne pas oublier qu’à l’origine, les programmes de fidélité ont été développés pour une clientèle essentiellement d’affaires. Même si l’on peut regretter l’oubli des jeunes voyageurs fréquents au sein du nouveau programme Flying Blue, Air France-KLM développe en parallèle des dispositif intéressants pour les jeunes comme par exemple le lancement d’une carte de réduction très avantageuse pour les vols domestiques opérés par Hop! Air France ou encore un tarif Flex Jeune sur les vols Air France.

Adhérer à un programme de fidélité nécessite d’adopter une certaine stratégie, d’autant plus lorsque l’on a l’ambition d’évoluer au sein du programme vers un statut supérieur. Il est donc important de comparer ses propres besoins par rapport aux conditions des programmes pour déterminer lequel est le plus viable. SUMA, EuroBonus et Miles+Bonus sont trois alternatives crédibles où l’on peut être rapidement gagnant avec des objectifs atteignables à réaliser.

Article co-rédigé par Arthur Bricet et Thomas Scriva Marty.

Images : Air France / Air Europa / SAS / Aegean

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *