Compagnies aériennesDossiersNews

Le premier Airbus A350 de French blue prend son envol

Il y a un an, French blue lançait ses opérations vers Punta Cana. La compagnie, nouvelle dans le paysage aérien français, avait fait parlé d’elle pour son modèle 100% low-cost appliqué à des lignes long-courriers. Épaulée par sa maison-mère Air Caraïbes, French blue continue dans sa lancée et poursuit activement son développement en introduisant un nouvel appareil dans sa flotte : l’Airbus A350-900, un avion de dernière génération et aux performances remarquables.

Nous avons eu l’opportunité de participer au vol de convoyage du premier A350 de French blue entre Bordeaux-Mérignac et Paris-Orly, sa base depuis laquelle il va réaliser ses premiers vols commerciaux. Découvrez avec nous l’originalité et les atouts du produit French blue et de son nouvel A350 !

Après Punta Cana, cap sur La Réunion

Jusqu’à présent, French blue exploitait un seul et unique A330-300 neuf, acheté spécialement pour son lancement en 2016. L’arrivée de l’A350-900 élargit ainsi sa flotte à deux appareils. Un second A350-900 est attendu au printemps 2018, ce qui permettra d’augmenter ses capacités et de peut-être permettre l’ouverture d’une nouvelle ligne.

Pour l’instant, French blue compte faire tourner ses deux appareils exclusivement sur sa nouvelle destination lancée le 16 juin dernier : Saint-Denis de La Réunion. La liaison Paris-Orly vers Punta Cana, qu’elle exploitait jusqu’à ce jour, a quant à elle été transférée à Air Caraïbes. Les récents chiffres publiés par l’aéroport Roland Garros de La Réunion sont prometteurs pour la jeune low-cost française : en juillet, avec 21 000 passagers transportés, elle a pris 15% de parts de marché sur cet axe très concurrentiel. En effet, quatre autres compagnies opèrent sur cette desserte, à savoir : Air France, Air Austral, Corsair et XL Airways. L’arrivée de French blue leur donne sans aucun doute du fil à retordre, puisque cela tend à faire baisser les tarifs. C’est ce qui expliquerait la hausse globale de 16,2% de passagers en plus vers La Réunion au mois de juillet. Une bonne nouvelle pour le consommateur et pour l’économie réunionnaise.

Ce succès a toutes les chances de perdurer avec l’arrivée de l’A350, qui sera d’ailleurs le seul appareil de type Airbus à voler entre la métropole et La Réunion.

Un avion de dernière génération

Lorsqu’une compagnie s’équipe d’avions dernier cri, tout le monde y gagne : le transporteur comme le consommateur. En effet, parmi les nombreux atouts de l’A350, il y a évidemment la diminution de la consommation de kérosène, soit 25% de moins que les anciens modèles Airbus, ce qui allège naturellement le prix du billet. Cela est rendu possible grâce aux technologies des moteurs Rolls Royce Trent XWB ainsi qu’au fuselage composé à hauteur de 53% de matériaux composites.

L’A350, c’est aussi un avion très silencieux ! Nous avons pu le constater de manière flagrante lors du vol de convoyage. Il est possible de discuter sans avoir besoin de parler fort et le bruit n’est pas assourdissant. Autres points positifs notables : la qualité de l’air est nettement meilleure due à un système d’air conditionné totalement repensé, et la pression en cabine est plus basse.

Une cabine agréable et lumineuse

Il n’y a pas que la magnifique livrée bleue turquoise qui est réussie, la cabine l’est aussi !

L’appareil, qui compte 411 sièges au total, est divisé en deux classes : Economy (Ecoblue) et Premium (Premiumblue). La classe Economy est plutôt classique dans l’ensemble et se divise à bord en trois espaces. Chaque siège dispose d’un pitch plutôt bon pour une low-cost. Les sièges sont en cuir bleu et sont agréables au toucher. De plus, des renforts lombaires aident à un maintien du dos droit.

Dans l’ensemble, la cabine Economy est accueillante et lumineuse. Elle devrait plaire aux personnes les plus claustrophobes puisqu’on ne s’y sent pas oppressé malgré sa capacité impressionnante de 376 places. Seul  petit bémol : l’espace sous le siège avant est un peu étroit, par exemple, un sac à dos bien rempli a du mal à rentrer.

  • Le siège Economy en cuir bleu

En classe Premium peuvent être accueillis 35 passagers. Cette dernière est agencée de la manière suivante : 5 fauteuils de front sur 7 rangées. Les couleurs ne se démarquent pas vraiment de la classe Economy, mais le confort du siège est amélioré, essentiellement grâce à une largeur d’assise de 45 cm (contre 41,5 en Eco), à des éléments comme un repose-jambes et un repose-pieds, et grâce à un pitch de 91 cm (contre 81 en Eco).

  • Le repose-tête ajustable du siège Premium (4 positions)

French blue propose à ses passagers une offre de divertissement numérique variée et accessible gratuitement : musique, jeux et bien sûr films et séries. Le programme est régulièrement mis à jour avec des nouveautés. Les IFE (écrans individuels), d’une taille de 25 cm (30 cm en Premium), sont tactiles et de haute définition.

En plus de l’offre classique de divertissement, French blue propose une connexion WiFi à bord, un nouveau service que très peu (trop peu devrions-nous dire…) de compagnies aériennes françaises proposent. Trois tarifs existent, allant de 7 à 29 € pour répondre aux besoins de chacun.

  • Le catalogue numérisé "Blue café" avec l'offre de snacks et boissons à la carte

Un petit aperçu de la pochette avec le sac vomitoire aux couleurs de la compagnie et les consignes de sécurité :

Water salute à Orly

Lors du vol inaugural, ce lundi 21 août, l’A350 a été baptisé par un traditionnel water salute après s’être posé pour la première fois sur la piste 26 d’Orly, désormais son aéroport d’attache.

Que retenir de French blue ?

La jeune compagnie low-cost long-courrier est une véritable révolution dans l’aérien français. Aucune autre compagnie française (dont même XL Airways) n’avait jusqu’alors proposé une offre basée sur un modèle 100% low-cost. Le choix des options vendues est vaste et impressionnant, tout comme la finition du produit dans son ensemble, très propre et très sobre. Il n’y a pas de doute, French blue se veut être une marque à part entière et cherche à se démarquer en innovant et en cassant les codes.

French blue, c’est aussi une ambition et un pari risqué. Peu de compagnies aériennes arrivent à percer en France, même quand il s’agit de concepts originaux comme La Compagnie. On apprécie ce côté novateur et précurseur, qui élargit le choix des consommateurs en proposant un produit moderne, de qualité et attendu.

Nous souhaitons une belle réussite à French blue et une longue vie à son premier A350, F-HREU ! 😉

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *